Ça existe encore, les saints, aujourd’hui ? | La Croix

Toussaint Même si elle paraît surannée, la sainteté a quelque chose de tonique, qui nous attire de l’intérieur !

Toussaint * la question d’enfants

Évelyne Montigny , le 27/10/2017 à 12h18

TRANSMETTRE. Même si elle paraît surannée, la sainteté a quelque chose de tonique, qui nous attire de l’intérieur !

Paroisse Notre Dame de l’Assomption à Paris le 23 mai 2015, devant une statue représentant Thérèse de Lisieux. / Kasia Strek / CIRIC

La question de Thérèse, 5 ans

Thérèse écoute sa mère lui raconter la vie de « sa » sainte, Thérèse de Lisieux. L’enfant peine à imaginer que cette jeune femme, morte il y a déjà cent vingt ans, fut un jour une petite fille remuante comme elle. Les saints semblent toujours si vieux, si démodés… Alors comment expliquer à une enfant de 5 ans qu’une sainte, ce n’est pas une religieuse couverte de roses, allongée sur son lit de mort dans un couvent, comme nous l’a transmis la Tradition. Ce qui « fait » la sainteté de Thérèse est autrement vivant et toujours d’actualité !

Comparer les saints à des héros surdoués en amour 

Comme les enfants aiment les héros, peut-être peut-on comparer les saints à des héros surdoués en amour ? Car qu’elles aient vécu au Moyen Âge comme François d’Assise, au XIXe siècle comme Thérèse de Lisieux, ou au XXe siècle comme Charles de Foucauld, ces personnes « saintes » se sont d’abord distinguées par leur capacité à aimer.

Mais cette capacité, comment la petite Thérèse l’a-t-elle acquise ? Car Thérèse Martin, pour ne prendre que son exemple, n’était pas une enfant parfaite. On la disait même plutôt têtue ! Cependant, un jour, dans le secret de son cœur, Thérèse a accepté d’emprunter la « petite voie » de la perfection et elle s’est efforcée, jour après jour, de répondre à cet appel.

A lire : Le pape François ouvre une nouvelle voie vers la béatification

Par amour pour Jésus, Thérèse la têtue s’est appliquée à mettre sa confiance en Dieu, et non plus en elle-même. Voici pourquoi Thérèse est aujourd’hui encore une « grande » sainte, vénérée par tous.

« Ce qui nous attire chez les saints, écrit le frère Philippe Verdin, ce n’est pas leur force, ni leur génie, mais l’humble acceptation de la présence de Dieu dans leur vie. » Même si elle paraît surannée, la sainteté a quelque chose de tonique, qui nous attire de l’intérieur. Et les plus jeunes sont capables de ressentir cette aspiration.

Secourir les plus faibles

Si les enfants ont du mal à imaginer que les saints existent encore dans notre monde actuel, on peut leur raconter les (bien) faits et gestes de ces « témoins » du XIXe siècle, unanimement admirés par nos contemporains parce qu’ils ont trouvé des moyens nouveaux pour secourir les plus faibles. Ainsi Raoul Follereau, l’abbé Pierre, sœur Emmanuelle ; le pasteur Martin Luther King ou encore frère Roger ; mais aussi la résistante Germaine Tillion, l’Iranienne Chirine Ebadi, le père Ceyrac en Inde, ou encore le moine Christian de Chergé, en terre d’islam.

A lire : L’aumônier des pompiers du 11-Septembre pourrait devenir saint

On peut aussi lire avec eux d’autres récits de vie, et leur montrer qu’il existe des saints de toutes sortes : des sévères, des drôles, des généreux, des savants, des illettrés, des vieillards, des enfants… Ils pourront ainsi comprendre que, « tous », nous sommes appelés à la sainteté !


Dans la Bible

Nous sommes déjà enfants de Dieu (lecture de la première Lettre de saint Jean 1 Jn 3,1-3)

« Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu. Bien-aimés, dès maintenant nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est ; et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur, comme lui-même est pur. – Parole du Seigneur. »

Comme il est grand l’amour dont le Père nous a comblés ! Ce texte de saint Jean lu à l’occasion de la fête de la Toussaint nous rappelle que bien que nous traversions sur terre toutes sortes d’épreuves, nous sommes enfants de Dieu, c’est-à-dire aimés de Dieu, sans réserve et sans condition !

Tout se joue dès aujourd’hui : n’est-ce pas ce que nous enseignent les saints et les témoins du Christ qui, humblement, ont accepté totalement la présence de Dieu dans leur vie ?

Évelyne Montigny

Sorgente: Ça existe encore, les saints, aujourd’hui ? – La Croix

Rispondi