L’évêque de Dallas demande le retrait des panneaux interdisant le port d’armes dans les églises | La Croix

L’évêque texan Edward Burns a suggéré le retrait des panneaux interdisant le port d’arme dans les églises de son diocèse afin de « ne plus donner l’impression que n’importe quelle paroisse est une cible facile pour le terrorisme ».

Céline Hoyeau, le 09/11/2017 à 11h24

Mgr-Edward-Burns
Dans chaque église du Texas, figure à l’entrée un panneau prohibant le port d’armes. Ces affiches pourraient bientôt disparaître. L’évêque de Dallas, Mgr Edward Burns, a de fait demandé aux paroisses de son diocèse d’envisager leur retrait, à la suite de la fusillade survenue dans la petite église baptiste de Sutherland Springs. / Pool New/REUTERS

Mgr Edward BurnsL’évêque texan Edward Burns a suggéré le retrait des panneaux interdisant le port d’arme dans les églises de son diocèse afin de « ne plus donner l’impression que n’importe quelle paroisse est une cible facile pour le terrorisme ».

Dans chaque église du Texas, figure à l’entrée un panneau prohibant le port d’armes. Ces affiches pourraient bientôt disparaître. L’évêque de Dallas, Mgr Edward Burns, a de fait demandé aux paroisses de son diocèse d’envisager leur retrait, à la suite de la fusillade survenue dans la petite église baptiste de Sutherland Springs. / Pool New/REUTERS

Dans chaque église catholique du Texas figure, à l’entrée, un panneau prohibant le port d’une arme cachée. Ces affiches pourraient bientôt disparaître.

L’évêque de Dallas, Mgr Edward Burns, a demandé aux paroisses de son diocèse d’envisager leur retrait, à la suite de la fusillade survenue le 5 novembre dans la petite église baptiste de Sutherland Springs et qui a fait 26 morts.

À LIRE : États-Unis, nouvelle tuerie au Texas dans une église baptiste

Non qu’il soit favorable au port d’armes. Mais il s’agit de « ne plus donner l’impression que n’importe quelle paroisse est une cible facile pour le terrorisme », explique l’évêque dans une lettre datée du 6 novembre.

« La politique d’interdiction de port d’armes à feu dans nos paroisses demeure », insiste-t-il, en demandant aussi à ces dernières d’augmenter les mesures de sécurité lors des grands rassemblements.

Pour un bannissement des armes d’assaut

Mgr-Frank-DewaneAu surlendemain de la fusillade de Sutherland Springs, les évêques américains s’étaient interrogés ouvertement sur la pertinence de continuer à autoriser la détention d’armes à feu aux États-Unis et prononcés pour une interdiction totale des armes d’assaut.

Le président de la commission Justice et paix de la conférence épiscopale, Mgr Frank Dewane, avait appelé à un débat national sur le sujet. Les récents événements « nous rappellent combien de dommages peuvent être causés lorsque des armes (…) se retrouvent trop facilement entre les mains de ceux qui veulent faire du mal aux autres », écrivait-il dans un communiqué.

« Une seule loi ne suffira pas à résoudre la question de la violence dans notre société, poursuivait-il. Pour autant, nos responsables doivent engager un vrai débat sur les mesures nécessaires pour sauver des vies et sécuriser nos communautés ».

Le port d’une arme cachée est, aux États-Unis, la faculté reconnue légalement à un citoyen de se munir d’une arme et de la porter sur soi ou à proximité de soi de manière discrète.

Les armes autorisées dépendent de la législation de chaque État américain. Seuls deux d’entre eux – la Géorgie et le Dakota du Nord – interdisent strictement le port d’armes dans les lieux de culte. Huit autres autorisent les armes cachées avec autorisation de l’Église, tandis que le reste des États laisse aux lieux de culte la liberté de déterminer leur propre politique.

Un vif débat

La tuerie du 5 novembre, perpétrée par un ancien militaire américain renvoyé de l’armée pour indignité, a relancé la discussion sur le port d’armes dans les lieux de culte.

Côté protestant, certains pasteurs ont estimé qu’avoir accès à des armes dans les lieux de prière était nécessaire pour assurer la sécurité des fidèles au même titre que des alarmes incendies…

À LIRE AUSSI : Après la tuerie au Texas, des appels à armer les églises

L’église baptiste de Sutherland Springs appartient à la Convention des baptistes du Sud, la plus grande dénomination protestante aux États-Unis avec ses 15 millions de membres. S’ils ont voté des résolutions très fermes sur l’avortement ou le mariage homosexuel lors de leurs conventions annuelles, les baptistes du Sud, dont certains pasteurs figurent parmi les conseillers spirituels du président américain Donald Trump, ne se sont en revanche jamais exprimés officiellement sur le port d’armes à feu depuis près de 50 ans.

Selon une étude publiée en 2013 par le Public Religion Research Institute, 67 % des catholiques sont favorables à un contrôle plus strict des armes à feu, tout comme 76 % des protestants afro-américains, et 57 % des protestants « mainline » (luthériens et réformés). 59 % des évangéliques en revanche (un quart de la population américaine) sont opposés à une législation plus restrictive.

Céline Hoyeau

 

Sorgente: L’évêque de Dallas demande le retrait des panneaux interdisant le port d’armes dans les églises – La Croix


Stati Uniti: dopo la strage di Sutherland Springs, dai vescovi indicazioni per limitare l’accesso alle armi. “Garantire sicurezza e vita di tutti i cittadini” | AgenSIR

11 novembre 2017 @ 14:21

(da New York) Dopo l’eccidio di Sutherland Springs, della scorsa domenica, quando 27 persone sono state uccise mentre partecipavano a una funzione nella chiesa battista del paese, i vescovi degli Stati Uniti hanno sollecitato i leader politici di tutti gli schieramenti ad “agire con misure sostanziali per garantire la sicurezza delle comunità e la vita di tutti i cittadini” e hanno ribadito il loro sostegno al divieto di vendita delle armi d’assalto che il Congresso non ha voluto rinnovare nel 2004. In un comunicato firmato da monsignor Frank J. Dewane, presidente della commissione per la Giustizia e lo sviluppo umano, la conferenza episcopale indica alcuni punti che potrebbero riaprire il dibattito sul controllo delle armi: prevedere controlli e misure di regolamentazione per la vendita e l’uso di tutte le armi da fuoco e in particolare per le pistole; limitare all’accesso della popolazione civile a riviste specializzate in armi e munizioni professionali; approvare una legge federale che consideri il traffico di armi un crimine; consentire un migliore accesso alle cure per chi soffre di disturbi mentali e possono diventare autori di violenze; creare misure e meccanismi di sicurezza che impediscano ai bambini e a chi non è proprietario dell’arma, di poterla utilizzare senza permesso e senza una corretta supervisione. I vescovi riconoscono il secondo emendamento della Costituzione, ma mettono in guardia dai progressi tecnologi applicabili alle armi e in grado di causare facilmente eccidi di massa. “Il bene comune richiede misure ragionevoli per limitare l’accesso a tali armi da fuoco da parte di chi intende usarli per scopi violenti”, affermano.

Tags Argomenti ARMI POLITICASICUREZZA Persone ed Enti CONFERENZA EPISCOPALE STATUNITENSE Luoghi NEW YORK

Sorgente: Stati Uniti: dopo la strage di Sutherland Springs, dai vescovi indicazioni per limitare l’accesso alle armi. “Garantire sicurezza e vita di tutti i cittadini” | AgenSIR


 

Rispondi